Harcèlement : apprenez à vous défendre !

dimanche 21 mai 2017
popularité : 0%

Un témoignage poignant.

Depuis 6 ans dans cette école, je - une institutrice de maternelle - subissais dénigrements, mises à l’écart (on ne m’adresse pas la parole, on ne me voit pas, on ne m’informe pas), insultes, menaces, … Du fait que je ne voulais pas être présente aux cérémonies religieuses, de mon rôle de DP, de mon activité syndicale et peut être aussi de ma personne qui les dérangeait.
En mars 2016, j’ai été mise à l’écart de la planification d’une réunion de concertation. Alors que celle-ci devait se dérouler le jour même à 17h00, elle est annulée sans que j’en sois avertie.
Faisant suite à des conditions de travail difficiles ce dernier évènement m’a profondément choqué. Je me suis effondrée. J’ai été arrêtée, hospitalisée.
En mai 2016, j’ai fait une demande pour que mon arrêt maladie soit imputé à un accident du travail. Fin août 2016, cette demande est refusée. Il est écrit : « la lecture de mes courriers ne permet pas de démontrer un préjudice physique. En effet, le cadre juridique de l’accident du travail ou de service est défini comme suit : « L’accident de service pour être reconnu comme tel, doit résulter de l’action soudaine et violent d’une cause extérieure provoquant une lésion au corps humain ».
Avec les conseils d’une personne de Solidaires, je fais appel. En effet, dans le guide à l’attention des personnels de l’éducation nationale sur les accidents de service ou les accidents de travail, il est dit : «  L’accident de service ou de travail doit résulter d’un évènement provoquant une lésion constatée qu’elle soit physique ou mentale. »
Je reçois alors une convocation pour un entretien avec un médecin expert (médecin que j’ai pu changer après un entretien téléphonique avec l’académie, je connaissais celui qu’il m’avait attribué, un psychiatre plein de jugements à priori, agressif) pour février 2017.
Et fin mars, je reçois les conclusions de l’expertise médicale : « Il existe un lien sûr et avéré entre le choc psychologique que Mme … a subi et l’accident de travail du 8 mars 2016. »
L’accident de service est reconnu.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Harcèlement : apprenez à vous défendre !