PPCR (Parcours professionnels, carrières et rémunérations) et changements d’indice

jeudi 8 décembre 2016
popularité : 0%

Des changements dans la conduite de la carrière des enseignants sont en phase de finalisation au Ministère de l’Education nationale.
Les maigres revalorisations indiciaires (planifiées sur trois ans) et le déblocage (enfin !) de l’indice de la fonction publique cachent bien mal un PPCR aux avancées plus que douteuses.

Janvier 2017

Revalorisation des indices de chaque échelon qui est, en partie, une conversion prime-points, à savoir la transformation d’une partie de l’ISOE en salaire brut (comptant alors pour la retraite).
Analyse du SUNDEP
Si le changement représente une dizaine de points, il faut savoir que quatre de ces points correspond à cette conversion ! C’est-à-dire qu’on ajoute d’un côté, mais qu’on retranche de l’autre !
Attention à ne pas vous faire piéger par les apparences et les chiffres.

Septembre 2017

1 - Reclassement au sein des nouvelles grilles indiciaires.
2 – Suppression du système de promotion [Grand Choix / Choix / Ancienneté] et remplacement par le PPCR.

Analyse du SUNDEP
Certes cet ancien système de promotion était très critiquable , mais le nouveau système prévu où tout le monde est promu à l’ancienneté avec des rendez-vous « carrière » n’est guère mieux !
La notation chiffrée serait remplacée par une évaluation à chaque étape, fondée sur une inspections (en classe + entretien) et un entretien professionnel avec le chef d’établissement.
- pour le premier, l’avancement accéléré du 6ème au 7éme échelon ;
- pour le second, l’avancement accéléré du 8ème au 9ème échelon ;
- pour le troisième, le moment de l’accès à la hors-classe ;
- pour le quatrième, l’accès à la classe exceptionnelle.
Les entretiens reposeraient sur une grille de 11 items empruntés au Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation (BO du 25 juillet 2013) qui devient du coup « la » référence puisque ce référentiel sert déjà pour la validation des concours et la validation de l’année de stage en M2.

Il est évident que ce nouveau système appelé « accompagnement » dans le PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunérations) n’aura rien d’un « accompagnement » !
-  Il renforcera le pouvoir de la hiérarchie qui décidera des promotions selon des critères nombreux et obscurs qui permettent une large interprétation
-  Il risquera d’affaiblir les instances paritaires (CCMA) qui seront réduite à vérifier dans des tableaux qui pourra avoir un rendez-vous de carrière.
-  Il constituera à n’en pas douter un moyen bien pratique pour contraindre les professeurs à appliquer aveuglément les réformes idéologiques successives du ministère.

Il est à n’en pas douter un ersatz du nouveau management des entreprises qui demande à l’employé de s’auto-flageller devant réorganisations et injonctions paradoxales !
Nous refusons la logique de ce projet qui repose sur ce type d’entretiens individuels avec des critères subjectifs car il est l’instrument de l’arbitraire et de l’individualisation. Il est inacceptable.

3 - La hors-classe deviendra accessible à partir du neuvième échelon avec deux ans d’ancienneté dans cet échelon.
Analyse SUNDEP
Néanmoins, les taux « promus / promouvables » ne semblent pas évoluer dans le second degré !

4 – Création d’une « Classe exceptionnelle » réservée à 80% à des profils de professeurs très spécifiques « au titre de l’exercice pendant 8 ans au cours de leur carrière, de missions ou responsabilités identifiées notamment dans le cadre des GT métiers (directeurs d’école, conseillers pédagogiques, directeurs délégués aux formations professionnelles et technologiques (ex-chefs de travaux), formateurs académiques, directeurs de centre d’information et d’orientation, enseignants exerçant dans l’enseignement supérieur). Elle sera également accessible (à hauteur de 20 % des promotions) aux autres enseignants, situés au dernier échelon de la hors-classe, pour tenir compte de parcours professionnels remarquables (éducation prioritaire par exemple)
Analyse du SUNDEP
Cette classe exceptionnelle est en réalité un « grade à accès fonctionnel ».
Sous le prétexte de valoriser l’exercice de fonctions particulières, la classe exceptionnelle est la promotion à la « tête du client » et un renforcement de l’inégalité salariale. Vu les prévisions d’accès, elle ne sera accessible qu’à une toute petite minorité et 90 % de l’effectif d’un corps en sera irrémédiablement exclu ! Si les missions précisées sont évidemment à encourager, le ratio restrictif prévu n’est pas satisfaisant et ne valorise guère les missions fondamentales du métier d’enseignant.

2018

Deuxième conversion prime-points (5 points) ( ce qui fera un total de 9 points d’indice).

Janvier 2019

Nouvelle revalorisation indiciaire sur l’ensemble des échelons : de 2 à 10 points pour la classe normale, et de 5 à 15 points pour la hors-classe.


Documents joints

Grille des professeur des écoles, certifiés, (...)
Principes du PPCR (Accords)
Principes de "l'accompagnement des (...)

Commentaires